Lâcher prise sans laisser aller

Un témoignage de Emma

Mère de famille nombreuse, Emma a franchi bien des étapes pour parvenir à gérer toute la maisonnée dans l’harmonie, la tendresse mais aussi la fermeté pour que chacun trouve son espace vital tout en respectant celui de l’autre. Récit de son apprentissage.

Mère de six enfants, dont cinq filles, tout ce que j’ai vécu et appris à IVI m’a essentiellement donné le courage de ne pas être laxiste dans l’éducation de mes enfants. Je crois à des valeurs essentielles qui peuvent être parfois considérées comme « ringardes » mais j’ai tenu bon dans mon désir profond de les transmettre à mes enfants. La prière et la foi m’ont donné la force de ne pas baisser les bras et de toujours espérer dans les moments éprouvants que tout parent connaît avec des enfants en pleine croissance.

Remplacer le devoir et la morale par la tendresse et la fermeté

IVI m’a appris l’alchimie de l’écoute et la tendresse jointes à la fermeté dans l’éducation de mes enfants. Ma mère était autoritaire et n’était pas tendre, donc il a fallu que je transforme pas mal d’automatismes ! Pour moi l’autorité a une connotation de devoir et de sévérité, alors que la fermeté peut s’exprimer dans la douceur : c’est simplement tenir le cap qu’on s’est fixé. En tant que parent on se perd à vouloir être sur vingt tableaux à la fois mais ce qui structure l’enfant, ce sont deux ou trois objectifs qu’on mène à terme. Cette fermeté-là m’a sauvée ! J’ai eu six enfants en huit ans : j’ai donc été obligée d’aller à l’essentiel et de garder le cap sur des valeurs basiques comme le respect de l’espace de chacun, le partage des tâches de la vie en commun… Le repas est par exemple un moment très important de notre vie familiale : j’ai appris à mes enfants à rester à table, à participer avant et après le repas, à échanger et communiquer durant ces moments. Il est pour moi essentiel de responsabiliser les enfants en leur confiant à chacun une tâche, de les rendre autonomes en leur apprenant à faire cuire un œuf ou passer l’aspirateur ! Je ne veux ni les couver ni les assister mais leur donner le sens des réalités. Maintenant ils aident beaucoup à la maison : ce n’est pas un devoir ni une corvée, cela fait tout simplement partie de la vie.

Témoignage suivant : Parents sur la terre comme au ciel >